Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Au ras des mots.

Délecter l'essence des idées.

A QUAND LA FIN DES REPRESSIONS A L'ILE-A-VACHE.

Publié le 17 Décembre 2016 par Eidict Louis in Société

Pour la énième fois, le BLTS a frappé. Et la population de l’Ile-à-Vache reste clouée dans la boite à peur. À chaque intervention se multiplient les actes de répression, de bastonnade et d’intimidation. La nuit du dimanche 11 au lundi 12 décembre, remonte à la dernière. Ne savoir à quel saint se vouer puisque délaissée par les autorités locales, la population de l’ile, prisonnière, grignotée par l’effarement et la crainte vit un calvaire des plus stressants et inhumain.

Il est dit que « le Bureau de Lutte contre le Trafic des Stupéfiants (BLTS) est l’unité qui combat le trafic et l’utilisation de la drogue et des produits dérivés en dehors des prescrits de la loi. Dans le cadre de leurs missions et activités, les policiers du BLTS procèdent à l’arrestation des individus surpris en flagrant délit en possession de drogue et à la saisie de tous matériels et équipements, ainsi que des fonds tombés sous le coup de la flagrance ».

Cependant au cours des différentes interventions de la brigade BLTS, combien ont été foulés aux pieds les droits des habitants comme de vulgaires individus? Combien le BLTS en violation flagrante de leurs missions et activités a-t-il commis d’exactions sur cette population naïve vivant au seuil de la pauvreté. Combien de jeunes et vieillards inoffensifs ont été torturés, battus à tort alors qu’ils n’avaient rien en possession de relatif à la drogue ou autres dérivés. Cela dit, le flagrant délit est donc décidé par les agents du BLTS eux-mêmes et non des faits.

Admettant que l’information est en tout l’élément fondamental des interventions ou opérations à visé de maintien de l’ordre ; l’unité estampillée BLTS n’a plus sa raison d’être, puisqu’elle est incapable de voguer sur les rives du minimum. Sinon, elle dissimule assez mal leur simulacre sous couvert de lutte anti-drogue.


L’amateurisme de l’unité s’est fait viral en procédant au kidnapping d’un capitaine. Pris de force le dimanche 11 décembre et amené à la garde cote dès 10 H du soir sans explications aucunes puis aux environs de 1 h du matin au lundi, les agents lui ont menacé de lui coller une balle à la tête à tout refus d’obtempérer. Donc le capitaine se trouvait dans l’obligation de naviguer en direction de l’ile. Arrivant vers les 2 h du matin on lui a ligoté et est resté menotté jusqu’à 3 H de l’après-midi. En quoi ici le professionnalisme du BLTS est-il érigé et affiché ?

l’Ile-à-Vache a toujours été ce joyau brut oublié de tous si ce n’était que pour déposséder les habitants de leur lopin de terre qu’on a fait monter les enchères à coup de promesses d’amélioration des conditions de vie via un méga projet touristique parachuté. Depuis, quand est-il ? Des millions se sont volatilisés subrepticement à courtiser une capricieuse visibilité. Et voilà en guise de réconfort d’une vie meilleure le BLTS lâche des agents ratisseurs à plomber la population, au fil des jours, dans une crise de panique et de croissante inquiétude. L’on se demande est-ce le prix à payer pour une population inoffensive et en rivalité avec la misère ?

Eidict Louis