Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Au ras des mots.

Délecter l'essence des idées.

Le pouvoir de l'amour.

Publié le 18 Février 2017 par Eidict Louis

Crédit photo: A. MMois fatidique ou solennel, ce mois d'octobre 2013 où je lui ai envoyé cette demande sur Facebook. Pur inconnu, comment savoir que quelques années plus tard nos âmes seront en si parfaites symbioses?

Plus de deux années et demie a partagé des conversations très maigres et espacées de plusieurs mois via Messenger sans se connaître phénotypement.

Notre amitié a pris une autre ampleur au milieu de l'année 2016. Là, il est devenu un vrai ami, un conseiller, une épaule aimante, quelqu'un sur qui je pouvais compter en toutes circonstances et réciproquement. Petit à petit cette amitié se métamorphosait en un amour à mon égard. Même là, je le voyais simplement comme mon ami. Il me regardait avec un autre regard, un regard très perçant, amoureux, passionnel. Il me déclarait sa flamme par tous les moyens en particulier avec cette chanson "be ur man" qui incarnait tout ce qu'un homme peut dire à une femme qu'il courtise.

Réticente à cet amour naissant, j'ai pris du recul en le persuadant que ce qu'il ressentait n'était que platonique. Et dans l'incertitude, la nuée, je lui ai dit "OUI" par un baiser aussi symbolique pour moi que la crucifixion du Christ.

Au début j'étais aux anges, on ne se faisait que des louanges. Mais subitement, un sentiment étrange surgit au plus profond de moi me portant à questionner mon "OUI" et la réponse fut atroce. Je ne l’aimais pas.
Comment le regarder dans ses yeux si magnifiques et lui dire que je ne l'aimais pas? Où trouver le courage de le repousser? Et entre peur et doute, notre relation s’effrange.
Lâche que je suis au lieu de faire face à cela, je m'éloigne de lui sans crier garde. J'étais devenue injoignable par tous les moyens de communication. Une semaine écoulée dans ce décor amer, il décida de me chercher. Ce jour-là où il me retrouvait lorsque ses yeux attristés ont croisé les miens, un frisson de peur, de honte me traversait tout le corps. On décidait alors d'aller se parler dans ce restaurant "LA CAYENNE" pour trouver une solution à ce tourment.

Ne trouvant aucune excuse plausible pour justifier mes beuveries, je lui ai dit qu'on a rien en commun, que cela ne marcherait jamais avec toute la volonté du monde... Et conjointement, on décidait de mettre un terme à une idylle amoureuse qui n'a jamais commencée.

Ce soir-là, allongée dans mon lit dans le noir, en me disant tout haut que je viens de le perdre, une vague intense de jalousie fit possession de moi et encore une fois je me suis mise à questionner de nouveau mes sentiments. Deux à trois semaines s'écoulèrent sans nouvelle de lui et entre autre petit à petit je me suis mise à l'aimer en dépit de son absence. Je commençais à le voir en tant qu'homme "MON HOMME".

Une multitude de sentiments, de sensations me conquis suscitant en moi: désir, passion, jalousie, attraction, "AMOUR". Le récupérer à tout prix était ma quête. Celle d'être heureuse, de le rendre heureux et pour y aboutir je devais l'avoir à mes côtés, dans ma vie car il s'était frayé un chemin et séjournait à mon grand étonnement dans mon cœur, mon âme.

Chaque jour qui passait, j'essayais de trouver son pardon. Après quelques temps, il m'a pardonné et je l'ai eu à nouveau dans ma vie. J'étais en extase, émerveillée par tant de bonheur. Dans ses bras je ressentais une plénitude parfaite, une sensation nouvelle que je ne saurais d'écrire. Et oui je pouvais crier sur tous les toits que je l'aime à en perdre la raison. Il est devenu en un laps de temps : mon brin d'oxygène, ma vie, mon tout, mon "BAE". Je l'admire tant, je peux rester là, à lui parler une éternité sans relâche. Dans mes prières, je disais à Dieu merci car j'ai enfin trouvé quelqu'un qui m'aime d'un amour partagé, quitte à être la crème de la crème et me fait vivre le bonheur suprême que j'ai tant rêvé, "MAIS" ce tueur de rêve était dans les parages.

Un mauvais soir, il m'écrivit pour me dire que je ne suis pas l'unique, qu'il y a une autre. Qu'après ce jour fatidique à "LA CAYENNE", il s'était remis avec son ex, celle qui lui a sauvé la vie, celle à qui il doit tout. Mon cœur a failli devenir ischémique tellement le choc a été violent pour moi. Mais avec phronesis j'ai gardé mon sang froid et je l'ai compris en me disant que j'ai ma part de responsabilité dans tout cela.

L'amour ressenti à son égard est devenu plus puissant, plus passionnel, plus inébranlable que jamais. De par mon esprit créatif, j'ai imaginé mille et une façon pour le charmer, le rendre heureux. Il me rassurait pendant qu'il me demandait du temps pour arranger la situation. Nos moments passés ensemble étaient toujours WAW, dans le silence de cimetière tout comme dans nos éclats de rire, nous fusionnions intensément. Nos cœurs battaient au même rythme, malgré les hauts et les bas, nos esprits ne faisaient qu'un. Nous appartenions l'un à l'autre y a pas à sortir de là.

MAIS, encore ce mais était là, il fallait que ma curiosité me pousse à aller lire leur conversation et j'étais sous le choc devant cette simplicité qui existait entre eux c'était tout le contraire d'une conversation de quelqu'un qui veut mettre un terme à une histoire. Mes yeux devenaient aussi humides que les larmes qui à l'intérieur se dévident. La jalousie la plus extrême, la rage m'animait d'un coup et je déversais toute ma colère, ma déception sur lui. Comme feedback il s'énervait me traitant d'immature de gamine.... Plus de deux jours sans nouvelle, je dépérissais, en si peu de temps je perdais du poids mon visage se fanait. Ne pouvant plus continuer ainsi j'ai pris l'initiative de le voir et en parlant on a mis des points sur quelques "I".

Malgré cela je me sentais pas bien dans ma peau alors j'ai pris la ferme résolution de rompre avec lui. Mais Mr s'y est opposé et encore une fois on était à nouveau ensemble mais cette fois dans le doute. Je l'aime et je sais à quel point il m'aime.
Notre relation était en constante oscillation mais l'amour était toujours là à chaque milliseconde. On se comprenait, on se complétait mais ce n'était pas suffisant apparemment.
Nous passions un vendredi soir comme deux tourtereaux à peine sortis de l'église pour se jurer amour éternel. Subitement samedi à 1h30 du matin il m'écrivit :" Je sais que tu m'aimes y a pas de doute. Sache que je t'aime, sans doute. Sans mentir tu me complète. Mais je suis lié, lié par un putain destin, qui me rend triste et malheureux. Puisque je ne veux pas mener une double vie. Sache que tu es la femme qui me rendrait heureux et comblé. Je n’imagine pas ma vie comblé de tristesse et de manque... Mais... Je suis obligé alors que je ne veux pas te perdre. Je me sens mal et très mal à chaque fois que je te regarde. Je me sens coupable. Je n'ai pas l'habitude de mener une double vie. Je suis désolé».

Je recevais ce message à 11h12 pendant que j'étais en cours et là mes pieds ne pouvaient plus porter le poids de mon corps, je me noyais dans mes larmes, pendant quelques minutes j'ai perdu la raison. C'était le désarroi total. Cette rupture, je pouvais ni la savoir ni même la prévoir encore moins l'éviter.

Une fois chez moi, mille et une pensée me traversait l'esprit. Comment a-t-il pu me faire cela? Me nourrir d'espoir et ensuite me porter le coup de grâce. Comment un homme peut-il être aussi cruel envers une personne tant aimée? Un vide venait de naître en moi et la haine commençait à le combler.

Le lendemain il est venu chez moi, on a parlé et ma haine s'assouvit. Car si je continuais à nourrir cette haine, j'allais me venger. J'ai préféré le comprendre car je suis la personnification de la sagesse et d'un cœur humble je l'ai pardonné et je le lui ai dit : " Je suis inquiète, c'est vrai que tu m'as fait du mal mais je ne peux pas supporter de te voir dans cet état-là. Je voudrais tellement te haïr mais je n’y arrive pas franchement. Tu sais j'aimerais que tu dépasses cette situation, que tu sois heureux en dépit de tout. Tu m'as dit un jour qu'aimer quelqu'un c'est s'oublier pour l'être aimé. Sache que je te pardonne je ne te garde pas rancune. Je savais très bien que je n’y arriverai pas. Je serai toujours là à distance en background pour toi dans la mesure où mon orgueil et ma fierté me le permettent jusqu'à ce que tu reprends le cours normal de ta vie." Je l'aime cet Homme, je l'adore. Pour la première fois que je ressens un amour avec une telle intensité.

Il a changé ma vie, je suis devenue beaucoup plus mature, plus femme. Il m'a permis en si peu de temps de voir la vie d'une autre manière, de croire davantage en moi. En dépit de la souffrance que je vis je ne regrette pas un seul instant de l'avoir connu, de l'avoir aimé. Je pleure son absence au quotidien. Il m'a quitté par obligation envers une autre mais je garde dans mon cœur une lueur d'espoir qu'il sera de nouveau mien. Car je sais que son bonheur se trouve à mes côtés.
"Un regard, un amour, un sourire, une vie, je l'aime...."
L'amour peut se trouver n'importe où, au moment où on ne l’attend pas. Lui et moi nous partageons un AMOUR INTENSE NON CONSOMMÉ.
Très fidèle dans mes sentiments raison pour laquelle je ne l'oublierai jamais.

 

A. M