Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Au ras des mots.

Au ras des mots.

Délecter l'essence des idées.

Publié le par Eidict Louis

Selon certains sociologues, la société haïtienne est divisée en trois classes: la classe bourgeoise, la classe moyenne ou l'élite intellectuelle et la classe défavorisée autrement appelée les plus pauvres ou les plus démunis. Dans la langue de notre révolution qui est le créole on les  surnomme « kokorat, grapyay, lavalas  ou moun sal yo ». On se demande des fois où est passé leur Dieu ou leur Jésus. 

A bien constater, ce sont des couches les plus maltraitées dans la société et sur toutes les formes. Utilisées des fois soient par les élites bourgeoises au détriment de leurs intérêts et fortement utilisées par les élites intellectuelles et politiques pour usage abusif et exploiteur, ces classes sont souvent des outils politiques au profit des intérêts personnels des nantis. De plus, ils sont également des instruments par excellence des ONG pour gagner de l'argent.

 A bien remarquer, jusqu'à présent ce « Jésus » prôné par les pasteurs ou cette maman Marie, Altagrace et tant d'autres saints viennent toujours au profit de la classe moyenne, puisqu'elle a la chance d'étudier, de voyager et trouver une résidence ou avoir une citoyenneté chez « Monsieur Le blanc », dans ce cas, ce Jésus est bon ; « mèsi Jezi ou beni pitit mw yo, ou fèl fini lekòl li, aktyèlman, li au canada, li miami, glwa pou ou sèl Jezi, que le sang de Jésus aplike sou yo tout kote yo ye, nan travay yo, nan fwaye yo, e yo bezwen achte machine lan, fok yo gen lajan e bèl kay, etc. »
 
 Donc, c'est la bonté de ce Jésus pour la classe moyenne, et pour répéter un ministre dans le cadre de mon travail professionnel dans une mission d'audit pour mon bureau, il m'a dit « je suis chretien ». En tout cas, à bien constater, réellement le christianisme est profitable pour vous messieurs de la classe moyenne et bourgeoise, mais non pour les plus démunis. 

On se demande est-ce que ce Jésus n'a jamais vu ces gens démunis, exploités par un groupe d'hommes dans la société. Selon MEPACQ, une société dans laquelle des personnes n'ayant pas le droit de se loger, se vêtir, se nourrir, s'éduquer et d'avoir accès à la santé, subissent une violation de leurs droits humains. 

 En ce sens, messieurs les intellectuels, les politiciens, les prêtres, les pasteurs ou bergers de merde et les bourgeois, on estime qu'il est temps de partager votre Jésus avec les défavorisés que vous appelez « kokorat, moun sal yo, grapyay ou lavalas » afin d'en finir de violer leur droit à la dignité humaine. Or, dans la bible occidentale et en se référant à votre évangile; votre Jésus a dit "aimez-vous les uns, les autres comme vous m'aimez”. Nous de la classe défavorisée n'arrivons pas encore à décoder ce message, peut-être c'est pour vous, des frères disciples.

On vous prie, Messieurs de faire sortir votre Jésus haineux, hypocrite, égoïste et amoureux de l'argent et de la richesse de ce pays afin que la classe défavorisée puisse avoir sa part du gâteau. 

 

Commenter cet article