Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Au ras des mots.

Au ras des mots.

Délecter l'essence des idées.

Publié le par Eidict Louis
Publié dans : #Sport
Crédit google
Crédit google

Le football. Jeu de l'esquive et du beau geste symbolisé par le dribble et l'extase du ballon au fond des filets, personnifié par Pelé, Garuincha, Maradona, Cruijff et autres, demeure le sport le plus populaire de la planète.

En tant qu'il incarne une discipline sportive, le football s'est imposé progressivement en industrie.

Ce qui fait que la conquête de l'euphorie, amenée par une détermination derrière laquelle se dissimule un nationalisme ronflant où toutes les attentions se trouvent focalisées, se décline.

Sans esquiver pour autant la portée capitalistique des transactions, souvent aspergée de critiques acerbes, laissant aussi présager l'avenir du football. D'aucuns se disent inquiets de la nature sportive du jeu minée par le volet commercial.

Ce, entraînant l'avalanche des grands Clubs européens à engranger les pépites du football Sud américain à la lumière d’augmenter leur capital.

L'élimination du Brésil, une équipe terne, blafarde, méconnaissable lève le voile sur la fin d'un règne. celui de l'art inspiré du génie, incitatif à l’émerveillement du regard électrocuté au profit du foot business appliqué à des formulations tactiques pour se tailler la victoire même si le spectacle est décevant.

A chaque peuple sa culture, il est tout aussi valable pour le football. L’Amérique se doit de sortir du coquillage du football européen si elle veut se rattraper et redynamiser son jeu.

Eidict Louis.

Commenter cet article